Sélectionner une page

changementDans le domaine du management et de l’entreprise, on peut lire beaucoup d’articles et d’ouvrages sur la notion de « conduite et accompagnement au changement » ces dernières années. Les organisations bougent sans cesse, fusions, suppressions de postes, délocalisations, on demande toujours plus de productivité aux salariés, jusqu’à savoir jongler avec la charge de travail de 2 ou 3 postes. Rationalisation, performance technique et économique, optimisation, derrière ces mots se cache une réalité tout autre, celle de faire toujours plus de bénéfices avec moins de charge salariale.

 

Dans le domaine de la connaissance de soi, il me parait important de définir ce qu’est réellement « l’accompagnement » et « le changement ».

L’accompagnement, c’est l’action d’accompagner une personne dans un cadre bien défini et selon des objectifs précis à court, moyen, ou long terme. Ainsi ce travail dont la base est l’écoute attentive et le questionnement doit-il répondre à une charte de déontologie précise. Les souhaits d’une personne désirant être accompagnée sont variés :

  • Mieux se connaître
  • Atteindre des objectifs (personnels ou professionnels)
  • Gérer son temps autrement
  • Développer la prise de décision
  • S’ouvrir à de nouvelles potentialités
  • Comprendre le sens des événements de sa vie
  • Élaborer des capacités de prise de recul et de réflexion

 

Le changement, c’est mettre en oeuvre des actions qui permettent de passer d’un état A à un état B. Par exemple mon linge est sale, je décide de le laver, je lance une machine  laver sur le programme adapté à la qualité du linge, puis je le fais sécher, il passe d’un état A (linge sale) à un état B (linge propre). J’ai fais un constat, pris une décision, mis en oeuvre des actions, et vérifié le résultat (mon linge est-il propre?). Ainsi en est-il du domaine du « travail sur soi ».

L’Accompagnement Structurel ® permet de faire ces étapes ensemble, et franchir les difficultés grâce à des outils récents et nouveaux, notamment grâce à la logique. Le devoir de l’homme, c’est de se libérer : s’il ne se libère pas, il reste soit dans l’erreur, soit dans l’aliénation. Apprendre à voir les mécanismes qui nous entravent, c’est acquérir un peu plus de liberté chaque jour,  cette démarche transforme et procure une joie profonde et durable.

Revenir au blog